Ajoutez ce site à vos favoris Page d'accueil Plan du site Contactez-nous Recommander ce site Identifiez-vous Retrouvez notre fil info RSS
 
 
 
 
 
 

Histoire contemporaine

Un pied en berry,  l’autre sur l’archipel nippon…
SAINT-VALENTIN, VILLAGE INTERNATIONAL



Lorsque Pierre Rousseau est devenu Maire, en 1983, son constat fut que la Fête nationale des amoureux (créé en 1965) était un bien joli moment…  mais que le village, une fois les trois jours passés et les fleurs qui tapissaient les maisons fanées, retombait dans l’anonymat le plus total : pas d’homme célèbre, pas de monument, pas de mer, pas de montagne,… un petit village banal qui se désertifiait au cœur du Berry.

C’est ainsi qu’il bâtit, avec son Conseil Municipal, un projet de Parc des Amoureux, où, toute l’année, lesdits amoureux pourraient venir planter un arbre (avec la plaque botanique et le nom du propriétaire). Quatre hectares furent consacrés à ce projet destiné à créer une dynamique touristique permanente. 

Puis les évènements s’enchaînèrent…

En 1985, la Poste éditait en timbre un dessin de Raymond Peynet intitulé Saint-Valentin. Or, Raymond Peynet était devenu un ami  du village (il offrait chaque année un de ses dessins à la commune à l’occasion de la fête). Il n’en fallait pas plus pour que Pierre Rousseau aille défendre la cause de sa commune auprès de l’entreprise postale et obtienne aussi la vente anticipée « premier jour » qui était prévue initialement, et exclusivement, à Saint-Amour (Jura).

Bien lui en prit, car les articles parus dans notre presse nationale ne passèrent pas inaperçus au Japon. Là-bas, depuis un demi-siècle, la fête des Amoureux est une véritable institution : le saint catholique et les dessins de Peynet y sont bien plus célébrés que chez nous. L’idée originelle, purement marchande et gourmande, de quelques chocolatiers est ainsi devenue une véritable fête nationale. Bientôt, des touristes nippons commencèrent à passer par Saint-Valentin pour en ramener des cartes postales avec le fameux timbre !

Parmi eux, le maître d’un temple bouddhiste de Yokahama, qui avait un projet de parc « d’amour et de paix » se montra fort intéressé par le parc des Amoureux de la petite commune française et proposa d’engager des relations entre la commune où se trouvait son temple, Saku-Tcho, et Saint-Valentin. Ce qui se termina par un jumelage  des deux parcs et des deux communes. 


         

        Bienvenue à Saint-Valentin !                                            Délégation japonaise pour le 20ème
                                                                                                                anniversaire du jumelage
                                                                                                            avec Nakuto-Cho (ex-Misama)


En 1986, une autre opportunité rapprochait la commune autrichienne de Saint-Valentin (200 kms au sud de Vienne) et un nouveau jumelage s’ensuivit rapidement. Depuis, d’autres relations ont été établies avec la commune québécoise de Saint-Valentin, terre de fête où les amoureux sont fêtés une semaine durant chaque année, par –30° et 40 cm de neige…

Cependant, le Japon a toujours été le lien le plus fort de ces relations internationales. 

Avec des débouchés commerciaux pour les produits labellisés « Saint-Valentin, France », qui ont la côte auprès de la clientèle de nombreux grands magasins à Tokyo comme dans tout le pays. 

Avec des visites régulières de touristes qui viennent ici lors de leur passage en France. 
           

        Article dans la presse japonaise                          Page d'un guide touristique japonais



Avec des personnalités très populaires, qui honorent la commune française et lui procurent un attrait supplémentaire auprès des couples japonais. Telle Yumi Katsura, la célébrissime styliste internationale, grande créatrice de mode et de robes de mariages, qui était l'invitée d'honneur du petit village en janvier 2009.


  Mme Yumi Katsura reçue par M. le maire     La plaque


Comme tant d’autres avant elle, elle s’est rendu dans le parc de Saint-Valentin, pour y planter son arbre, y découvrir le Kiosque des Amoureux (érigé par des Compagnons du Tour de France de Tours, dans l’esprit de Raymond Peynet), l’arbre-à-vœux, et les arbres métalliques où les visiteurs accrochent des feuilles en forme de cœurs gravés à leur nom.  

Elle y a déclaré Saint-Valentin "Terre de bonheur des Amoureux" et offert une plaque au village.

Avec le restaurant « Au 14 février », Saint-Valentin est définitivement attachée au « pays du soleil levant ». Pierre Rousseau et Masima Kimura ont tissé avec cet établissement les liens les plus fins qui puissent relier deux cultures : ceux de la gastronomie et du bon goût. La visite de Yumi Katsura, dont les collections de haute-couture et de robes de mariées ravissent le monde par leur finesse, en est sûrement le meilleur témoignage récent…


SAINT-VALENTIN, DE L'ORIGINE A NOS JOURS


Les Origines

La Seigneurie

Le Cardinal de La Rochefoucauld

La période révolutionnaire

Le Général Bertrand

Le XXème siècle





 
Dernière modification : 20/01/2010